Rencontre avec Jean-Paul Delfino

Classé dans : La vie de l'association, News | 0
Le lundi 16 mars à 14h00
 
« Rencontre avec l’écrivain aixois Jean-Paul Delfino (Brésil, musique brésilienne, roman historique) et Laure Collet des Editions du Piosson Volant (la traduction du roman historique) »
 
Salle du Colloque n°2, Bâtiment multimédia
Faculté de Lettres
Avenue Robert Schuman
13100 Aix-en-Provence

« Enfant, Jean-Paul Delfino a trois rêves : jouer au foot, être professeur de français et devenir romancier. Trois rêves qu’il a pu exaucer ! Très jeune membre de l’équipe de France de football, une grave blessure l’oblige à arrêter son sport favori à 11 ans. Il se tourne alors vers l’écriture. Après des études de journalisme, il enseigne durant une année le français avant de publier son premier livre en 1988, Brasil Bossa Nova, une anthologie musicale. On lui doit ensuite une série de romans noirs se déroulant dans la capitale phocéenne, sa ville de cœur, avec L’Île aux femmes, Tu touches pas à Marseille, De l’eau dans le grisou et Embrouilles au Vélodrome, qu’il inscrit volontiers dans la veine du « polar marseillais ». En parallèle, il publie plusieurs pièces radiophoniques pour Radio France.

L’autre passion de Delfino, c’est le Brésil et sa musique, toile de fond de sa Suite brésiliennequi compte à ce jour huit romans et qui parcourt toute l’histoire du pays-continent. Tout commence à 20 ans : il s’y rend pour la première fois, et a l’étrange sensation de rentrer chez lui. En 2005, paraît le premier opus d’une longue série de romans, Corcovado, salué par le prix Amerigo Vespucci, qui récompense des ouvrages de voyage ou d’aventure. Le succès est immédiat et la presse brésilienne elle-même l’applaudit, puisque l’équivalent brésilien du Monde terminait ainsi un article dithyrambique : « Avec Corcovado, l’écrivain Jean-Paul Delfino a écrit au Brésil la plus belle lettre d’amour qu’aucun romancier étranger n’a jamais écrite. » À la demande de son éditrice, il termine bientôt une trilogie avec Dans l’ombre du Condor en 2006 et Samba triste en 2007. Puis, motivé par les nombreuses lettres de ses lecteurs, il part sur les traces des aïeux de ses deux héros récurrents hauts en couleurs, Jean Dimare et Lucina, brossant ainsi l’histoire brésilienne de la fin du 17e siècle aux années 1980, en insérant ses petites histoires dans la grande Histoire (Samba triste, Zumbi, Pour tout l’or du Brésil et Pour l’amour de Rio). Ses romans, très documentés, sont truffés d’ humour qui est, selon Jean-Paul Delfino, la meilleure des armes pour notamment, dénoncer les pouvoirs en place.
Avec Brasil, il signe le septième volume de sa Suite brésilienne. Cette fresque historique s’ouvre sur la défaite du roi Dom Joao VI et les prémices de l’indépendance qui sera reconnue par le Portugal en 1825. Le Brésil est désormais gouverné par son fils Dom Pedro, un être tyrannique qui pourtant réussit à séduire la jeune Madalena qui quitte tout pour lui. Rapidement réduite à l’état d’esclavage, elle n’aspire plus qu’à la vengeance alors que sa fille et son mari sillonnent le pays pour échapper aux soldats de l’empereur. Un roman passionnant qui nous embarque dans un tourbillon d’aventures et d’émotions au cœur d’un Brésil en quête de modernité.

Cette année, Jean-Paul Delfino revient en force avec deux actualités littéraires brésiliennes : Saudade, le 8e opus de la Suite brésilienne, qui paraît aux éditions Le Passage en mai 2014, se situe à l’aube du XXe siècle, tandis que l’esclavage vit ses dernières heures et que Rio de Janeiro devient peu à peu une métropole au rayonnement international. L’autre nouveauté de l’auteur, c’est Couleur Brasil, édité chez Le Passage et en co-édition avec Radio France : une histoire de la musique brésilienne en 40 chansons, où il dévoile en connaisseur gourmand les plus grands standards musicaux brésiliens, chansons mythiques fredonnées aux 4 coins du globe. Ses multiples histoires et anecdotes nous révèlent un monde fantastique, celui des trésors méconnus de la musique populaire brésilienne, sans oublier les relations amoureuses qui, depuis toujours, unissent la France et le Brésil. Un feuilleton à suivre en juillet août sur les grandes ondes.
Et J.-P. Delfino ne saurait rater l’occasion de la Coupe du Monde de football de 2014 et des Jeux Olympiques d’été 2016, qui mettront le Brésil sous les feux des projecteurs. Trois projets de scénarii en cours actuellement : un docu-fiction de 90 minutes pour la chaîne de télévision ARTE et TV Globo Brasil, diffusé pour le 450e anniversaire de la fondation de Rio de Janeiro en 2015, un long métrage consacré à l’histoire de la bossa nova et, pas des moindres, un film F2014, réalisé par Frédéric Auburtin,
sur la grande histoire de la FIFA, avec notamment à son casting Gérard Depardieu et Tim Roth… pour une sortie mondiale en juin 2014 ! La boucle est bouclée. »

Romans

  • Saudade (Le Passage, 2014)
  • Brasil (Le Passage, 2013)
  • Pour l’amour de Rio (Le Passage, 2012)
  • Pour tout l’or du Brésil (Passage, 2011)
  • Zumbi (Buchet Chastel, 2009)
  • Samba triste (Métailié, 2007)
  • Kâmâ sûtra : plaisirs et positions amoureuses (texte, en collaboration avec Clara Morgane, P. Petiot, 2006)
  • Dans l’ombre du Condor (Métailié, 2006)
  • Corcovado (Métailié, 2005)
  • Embrouilles au Vélodrome (Métailié, 2002)
  • Chair de lune (Métailié, 2001)
  • De l’eau dans le grisou (Métailié, 2001)
  • La Faction (Atout Éditions, 2000)
  • L’Île aux femmes (Métailié, 1999)
  • Tu touches pas à Marseille (Métailié, 1999)
  • L’Affaire sang et or (Les Vents contraires, 1995)
  • Insectes… (Edisud, 1995)
  • Les colères de l’eau (Edisud, 1994)
  • Brasil Bossa Nova (Edisud, 1988)
Edition de Laure Collet